Mes chroniques

Si on devenait… Humain

Ne sommes-nous pas déjà humain ? Bien sûr ! Alors comment peut-on le devenir plus? En prenant réellement conscience de ce que signifie « Être humain »…

Lors de mes conférences, je demande aux participants d’observer une photo où l’on voit une très vieille femme, marquée par les signes de l’âge, embrasser la joue charnue d’une fillette de trois ou quatre ans.

Mes états

Prends ta pilule !

Le jour de mon anniversaire, j’ai manqué l’appel de ma tante Suzanne. Je m’affairais autour de mon vélo, gonflant les pneus, vérifiant les freins, car j’avais décidé de m’évader pour profiter pleinement de MA journée. Je comptais me rendre jusqu’au Sanctuaire Notre-Dame-Du-Cap, un lieu paisible où j’aime laisser libre cours à mes pensées.

Au moment où j’allais partir, j’ai réalisé que j’avais un message.

Mes états

Anxiété, quand tu me tiens !

Je suis de nouveau plongée dans cette mer sombre et hostile où l’anxiété me domine. La force du courant m’entraîne vers le large. La violence des vagues m’assaille. Je souffre. Je n’arrive plus à organiser ma pensée. J’ai peur. Dès que je mets la tête hors de l’eau, une lame puissante me ramène vers le fond. Je tente d’émerger, mais je n’y arrive pas…

Mes découvertes

L’été, c’est fait pour jouer !

C’était une superbe journée d’été. Nous avions eu l’excellente idée de nous rendre jusqu’au sommet du Mont-Tremblant avec nos enfants de cinq et sept ans. Mon plan à moi était de monter par la télécabine, puis de parcourir une boucle de 2,5 km permettant d’admirer tous les versants de la montagne. Mais mon homme, lui, était prêt pour un GRAND défi! 

Mes états

Tirer des leçons

J’étais assise à ma table de travail, quand soudain, la sonnerie du téléphone a retenti. Dès l’instant où j’ai reconnu la voix au bout du fil, j’ai su ce que j’allais apprendre. J’ai retenu mon souffle, puis, un rire nerveux dans la voix, j’ai dit :

– Vous m’appelez pas pour m’apprendre que Madame Dupont est décédée, vous là?

Mes états

La tristesse

Je n’ai pas écrit depuis des semaines. Quand je croyais avoir le courage de le faire, les mots me restaient pris dans la gorge. J’ai accusé le manque de temps et mes nombreux engagements, mais en vérité, j’étais triste. Profondément triste. Et j’avais besoin de me replier sur moi-même le temps de laisser ma lumière rejaillir.

Mes états

La voie du cœur

Ce matin, j’ai fui le brouhaha de la maison. En cette période des fêtes, qui pourtant me réjouit, j’ai besoin d’espace et de solitude. Me voilà donc installée dans un café qui embaume le pain frais et les viennoiseries. Je flâne en savourant mon latte et en laissant libre cours à mes pensées…

Mes états

L’inquiétude

J’ai les mains moites… signe de mon inquiétude. J’écris quelques phrases, puis je les efface… en quête du mot juste. Comment vous dire ce que je ressens ? Depuis quelques semaines déjà, mon cœur voyage entre la satisfaction et le doute, la joie et l’appréhension…

Pourquoi ?

Mes états

Le pouvoir d’arrêter le temps

Dans la maison de campagne où j’ai grandi, le temps s’écoulait au rythme lent et régulier de la rivière, que je regardais sans me lasser, les yeux remplis d’envie. J’aurais voulu être libre comme elle. Dans les champs qui bordaient notre cour arrière, les vaches broutaient en silence, puis soudain, un meuglement interminable se faisait entendre.

– Meeeuuuuh !